Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Art-Histoire-Littérature

Ruth Asawa (1926-2013)

2 Décembre 2014 , Rédigé par Anne-Maya Guérin

Ruth Asawa (1926-2013)

Ruth Asawa est une artiste américaine, d’origine japonaise, reconnue pour ses sculptures de papier et de fils de fer, pour ses réalisations publiques, ainsi que son implication dans le développement de l’éducation artistique.

Elle née à Norwalk, petite ville agricole de la Californie du sud. Ses parents sont des émigrants japonais, agriculteurs, il doivent faire vivre leur famille de sept enfants, Fermiers, mais ne possédant pas de terre, ni la citoyenneté américains qui leur est refusée en tant qu’immigrants japonais.

Ruth Asawa grandit au moment de la grande dépression, période de grande difficulté économique pour la famille. Cependant La petite fille montre déjà des dispositions artistiques qui seront reconnue par ses enseignants. Elle se distingue par son goût pour les arts, et un caractère farouche et solitaire.

C’est en février 42 que son père est arrêté par le FBI, Ruth ne reverra pas son père avant 1948. Le reste de la famille est internée dans des camps de transit. En effet plus de 120 000 immigrés japonais sont arrêtés et internés dans des camps pendants la deuxième guerre mondiale. Ces familles perdent à la fois leurs biens, leur liberté, ce traumatisme marquera toute une génération d’américains issus de l’émigration japonaise. Cet évènement va profondément marquer la jeune Ruth, et remettre en question sa compréhension du monde. Long cheminement douloureux qui la conduira vers l’art.

Elle sera internée pendant six mois au champ de course de Santa Anita, où les familles sont logées dans les écuries, puis transféré au camp de Rohwen dans l’Arkansas. Elle poursuit néanmoins ses études, et rencontre dans ses camps des artistes japonais auprès des quels elle prend des leçons.

C’est grâce à une bourse qu’elle poursuit des études supérieures artistiques, afin de devenir enseignante. Elle finance ses études en travaillant.

C’est en 1945 qu’elle fait son premier voyage au Mexique, et découvre les arts traditionnels mexicains, qui seront pour elle une source d’inspiration.

Afin de valider son diplôme d’enseignante elle doit faire un stage, mais compte tenu de ses origine japonaise personne n’accepte de lui donne sa chance.

Elle décide alors de poursuivre ses études au Black Mountain College. Elle étudie pendant trois ans au « Black Mountain College », situé en Caroline du nord, et suis l’enseignement de Joseph et Ani Albers, de Merce Cunningham, ou encore de Buckminster Fuller. Ces années dans cette école supérieure d’art aux pédagogies expérimentales, Héritées du Bauhaus (école allemande fondée par W. Gropius en 1920, et qui est fermée par les Nazi en 1933, où enseignèrent Joseph et Ani Albers). Cet enseignement va la confortée dans son désir de devenir artiste et lui donner de l’assurance pour poursuivre une carrière artistique.

En 1947 elle fait un second voyage au Mexique, voyage d’étude qui lui permet de s’initier a de nouvelles techniques, tel que la vannerie au crochet, qu’elle réinvestira dans ses sculptures en fils de fer.

C’est au Black Mountain College qu’elle rencontre Albert Lanier, étudiant en architecture. C’est en 1949, et contre la volonté de leurs familles respectives qu’ils se marient, et s’installent à San Francisco, où ils espèrent que leur couple mixte sera mieux accepté, c’est une ville de culture où ils espère pouvoir développer leurs talents.

Leur famille s’agrandit rapidement, et Ruth met au monde 6 enfants, c’est la nuit, où au petit matin quand les enfants dorment encore qu’elle se consacre à ses œuvres. Elle peint, dessine et expérimente de nouvelles techniques, réalisant des sculptures en papier, ou en fil de fer. Albert subvient aux besoins de la famille en travaillant dans des bureaux d’architectes. Parallèlement Ruth commence à exposer ses œuvres, à partir de 1953 elle participe à de nombreuses expositions d’art contemporain. C’est dans les années 60, qu’elle maitrise parfaite la technique du crochet pour faire ses grandes installations en fil de fer. Ces grandes sculptures sont pour Ruth Asawa des dessins dans l’espaces, mais aussi une utilisation nouvelle de matériaux existant, comme le lui avait appris Joseph Albers au Black Mountain College. Ses grandes sculptures transparentes et légères, aux formes arrondies sont directement inspirées de formes qu’elle dessinait déjà enfant, dans la ferme de ses parents, et de la technique découverte au Mexique lors de son voyage de 1947.

En 1965 elle reçoit une bourse pour s’initier aux techniques de la lithographie. C’est à cette époque qu’elle reçoit plusieurs grandes commandes publiques, elle réalise alors des sculptures monumentales. Ce sont de grandes sculptures en métal dont les fromes sont issues de ses sculptures en papier inspirées des origamis.

C’est au cours des années 70, que se tiendront ses premières grandes rétrospectives.

Elle participe activement à la fondation des « ateliers d’art d’Alvarado » où elle développe des cours d’art plastique pour les enfants, utilisant des matériaux de récupération, et développant une pédagogie inspirée de la pédagogie expérimentale du Black Mountain collège, basée sur les expérimentations. Ces ateliers ont un tel succès que le programme est développé dans d’autres écoles, c’est dans ce cadre que Ruth Asawa initie un festival rassemblant musique, dance, arts plastiques, théâtre, et science , qui deviendra un événement annuel incontournable , rassemblant les écoles, les associations, et les musées.

Ce qui la conduira en 1982 à lancer le projet d’une école d’art , a la pédagogie inspirée de celle qui lui fut enseignée par Joseph et A ni Albers : où le développement artistique de l’individu dépend de son développement personnel, éveiller la curiosité intellectuel en étant en contact avec des lieux de production artistique d’excellence, (opéra, ballet, théâtre, musées) , apprendre à voir, et rester en contact avec la nature en développant un jardin, voilà les points fondamentaux de sa pédagogie. Cette école s’appelle aujourd’hui « Ruth Asawa SF School of the Arts ». Son engagement l’amène a participera de nombreuses commissions, concernant l’art ou l’éducation.

Ces commandes lui permettent enfin de vivre de son art, ce qui lui donne plus de liberté afin d’expérimenter de nouveaux moyens d’expression, elle se rapproche alors des artistes du Land art.

Elle développe aussi un travail sur le masque, inspirées des masques No, elle fait de grandes installations murales avec des masques réalisées à partir du moulage du visages de ses amis.

En 1985, elle tombe malade les médecins diagnostiques un lupus, sa santé désormais de plus en plus fragile l’oblige a diminuer ses nombreuse obligations publiques.

En 2002 elle participe aux projets de « jardin du souvenir » de l’université d’état de San Francisco, pour le quel elle conçoit une installation a partir de rochers issus des 10 camps d’internement de japonais des années 40.

Ruth Asawa développe une œuvre à la fois monumentale et sensible, où se conjuguent les références à l’esthétique japonaise, et un goût pour les couleurs et les matériaux dû à sa formation au Black Mountain collège, ainsi qu’une inspiration toujours renouvelé par l’observation de la nature et des plantes en particulier.. Elle dessinait tous les jours, le dessin était pour elle un exercice spirituel, proche de la méditation. Son engagement personnel pour l’éducation artistique est aussi un des aspects important de son œuvre.

http://www.ruthasawa.com/index.html

http://albersfoundation.org

http://bfi.org

Ruth Asawa (1926-2013)
Ruth Asawa (1926-2013)
Ruth Asawa (1926-2013)
Ruth Asawa (1926-2013)
Ruth Asawa (1926-2013)
Ruth Asawa (1926-2013)
Ruth Asawa (1926-2013)
Ruth Asawa (1926-2013)
Ruth Asawa (1926-2013)
Ruth Asawa (1926-2013)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Claude Granier 02/12/2014 14:14

Quelle vie ! Et quel talent ! L'influence japonaise est indéniable.