Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Art-Histoire-Littérature

l'école du Bauhaus, de Weimar à Dessau , 2ème partie

20 Février 2015 , Rédigé par Anne-Maya Guérin

l'école du  Bauhaus, de Weimar à Dessau , 2ème partie
l'école du  Bauhaus, de Weimar à Dessau , 2ème partie
l'école du  Bauhaus, de Weimar à Dessau , 2ème partie
l'école du  Bauhaus, de Weimar à Dessau , 2ème partie
l'école du  Bauhaus, de Weimar à Dessau , 2ème partie
l'école du  Bauhaus, de Weimar à Dessau , 2ème partie
l'école du  Bauhaus, de Weimar à Dessau , 2ème partie
l'école du  Bauhaus, de Weimar à Dessau , 2ème partie
l'école du  Bauhaus, de Weimar à Dessau , 2ème partie

Bauhaus Dessau :

De nouvelles élections amènent les nationalistes au parlement de Thuringe dont dépend Weimar, et Gropius sait que ses subventions vont être amenées à baisser voire disparaitre. Alors que l’école et ses productions rencontrent enfin un certain succès. Cependant la pensée rationaliste, technique et scientifique se développe au sein de l’école, et certains commencent à regretter les années plus mystiques.

L’école est critiquée par les nationalistes, comme trop cosmopolite, les artisans et commerçants locaux y voient une concurrence déloyale, les enfants pas sage sont menacés d’être envoyés au Bauhaus ! Entre 1924 et 1925, Gropius voit le ministère de l’éducation de Thuringe réduire drastiquement son budget, l’école est menacée de fermeture. Gropius et les professeurs cherchent un moyen pour continuer l’école ailleurs. Et certaines villes se proposent pour prendre le relais de Weimar. La meilleure proposition : Dessau.

Gropius parti de Weimar, une école d’art ouvre dans les anciens locaux !

Dessau est une ville culturelle comme Weimar, mais avec une population plus importante ; et possède de nombreuses industries, aviation, mécaniques, chimique…Gouvernement social démocrate (bastion socialiste), et plus proche de Berlin. Grace à Fritz Hesse, maire de Dessau, un budget important est débloqué pour l’école, qui permit la construction d’une école et de bâtiments pour loger maitres et élèves. Tous les élèves et tous les maitres ne suivirent pas Gropius, mais les personnalités les plus importantes de l’école le suivirent.

L’esprit de l’école change, il n’y a plus de maitres et d’apprentis mais des profs et des élèves. Les élèves ne prennent plus part aux décisions. L’enseignement -maitre de forme et maitre d’atelier- n’existe plus, chaque atelier n’a plus qu’un seul professeur qui remplit les deux fonctions, certains ateliers fusionnent, d’autres ferment. Bois et métal fusionnent pour donner design de meubles et aménagement domestique, dirigé désormais par Marcel Breuer. Atelier tissage, verre, peinture murale, sculpture, théâtre, typo et publicité. Et surtout la mise en place d’un département architecture. Bauhaus devient une école de designers industriels.

Une société financée par Sommerfeld, va permettre la commercialisation les inventions et objets créés au Bauhaus, et ainsi permettre une source de revenus indépendante. Une revue, une collection de livre sont aussi mis en place.

Des bâtiments :

Gropius fonde enfin un département architecture : qu’il confie a Hannes Meyer.

Cependant le département architecture va rapidement répondre à des commandes, dont une cité expérimentale : Dessau Törten,

Les nouveaux bâtiments furent construits entre 1925 et 1926, ateliers administration, logement étudiant, logements profs, cantine salle expo-spectacle. Grande innovation architecturale !

Trois types de constructions sont engagées :-l’école, -les pavillons de maitres, -la cité Törten.

L’école : le bâtiment est assez complexe, trois parties, 1 : les ateliers collectifs, 2 :l’administration et bureau d’architecture, 3 : les cours techniques. Chaque aile est bien distincte et affiche à l’extérieur leur fonction interne. Gropius compose dans l'espace avec ses bâtiments soit horizontaux ou verticaux, afin de trouver un équilibre d’ensemble et un effet dynamique.

Il privilégie des matériaux nouveaux : fer, béton et verre. Carcasse en béton armé, ou brique creuse sur poutrelles. Le bâtiment est d’apparence moderne et technique, cependant la technique n’est pas utilisée pour résoudre les problèmes de chauffages, d’acoustique.

Ces bâtiments peuvent être considérés un lieu idéal pour une élites artistique d’avant-garde, des ateliers, une salle de spectacle, une cantine, une laverie, amphi de 164 place, 28 chambres d’étudiants. L’école est accessible à tous, mais le cours préliminaire sert de filtre et permet de sélectionner les meilleurs éléments.

Les pavillons des maitres : 4 pavillons pour les enseignants, un individuel et 3 doubles. 1 ; Gropius, 1, Moholy-Feininger, 1 Muche-Schlemmer, 1 Klee-Kandinsky.i

Gropius utilise un plan type pour les trois maisons jumelles : RdC : séjour, salle à manger, cuisine. Spacieux ateliers au premier étage, véranda et balcon. Toutes les armoires et étagères sont encastrées, et équipement électroménager moderne. Architectures très fonctionnelles, meubles de Marcel Breuer. Marcel Breuer conçoit alors un mobilier qui connu un grand succès.

Maison de Gropius plus spacieuse, avec des cloisons escamotables. L’extérieur présente un emboitement de cubes, reflétant l’esthétique néo plastique.

Il était prévu de construire des pavillons pour les « jeunes maitres », mais cela ne vit jamais le jour.

La cité Dessau-Törten : 1926-1928.

314 maisons individuelles, maisons de 2 étages,+ parcelle avec jardin.

Gropius veut industrialiser la construction, organise un modèle de production à la chaine. (cf. US)

Les logements réalisés en éléments préfabriqués standard,= rapidité et rentabilité de production. Il faut souligner la grande modernité de ces processus même si les logements ne furent pas à la hauteur du projet : problèmes d’isolation.

Les propriétaires ne semblent pas avoir été frappés par la modernité architecturale, mais plus par les coûts et défauts de construction. L’ensemble comprenait des logement individuels, mais aussi un immeuble, appartements et boutiques en rez de chaussé : le konsum(projet de Gropius). Il manquait à l’ensemble une réflexion sur l’urbanisme, en effet certains pavillons ont une mauvaises orientation, et le bâtiment coopératif, qui devait rassembler des commerces ne fait pas vraiment office de centre. Dans l’attention portés aux détails –ou non- des ces différents bâtiment on ressent les différences de classe sociales, entre le pavillon du directeur, les pavillons des maitre et les petites maisons individuelle.

Plus une maison expérimentale : construite en plaques d’acier.

Ce qui est moderne, et de laisser les matériaux visible.

De nouveaux enseignants :

Le Bauhaus de Dessau, montre une école arrivé à l’âge adulte après les difficultés de Weimar et ses périodes expérimentales. Des nombreux professeurs sont les mêmes, mais de nouvelles personnalités arrivent avec une pédagogie nouvelle et des activités nouvelles.

Parmi les nouveaux enseignants certains sont des anciens élèves, comme « jeune maitre », payer 30%de moins que les maitres :

Joseph Albers : cour Préliminaire,

Marcel Breuer : menuiserie et ébénisterie, (1902-1981) hongrois, premiers travaux expressionnistes, voir primitiviste, suite a l’influence de De Stijl, va vers de formes simples et géométriques. Pièces standard facilite l’assemblage. Meuble en métal, tissus et bois, structures en tube d’acier plié + assise en cuir. Breuer inscrit dans l’ameublement un matériau inhabituel : l’acier.

Gunta Stlölz : tissage (1897- ) atelier textile réservé aux femmes, suis la formation à Weimar de 1919 à 1924, pour aller travaille auprès d’Itten, retourne au Bauhaus en 1925, assistante de Muche, conçoit des tapis, rideaux, tricots, inventions formelle, et aussi de matériaux, cellophane, liens important avec l’industrie, son département est celui qui connu une grande réussite. Elle regrette la rigueur de Dessau// à la liberté de Weimar

Herbert Bayer : atelier imprimerie. (1900)Artiste polyvalent, peintre, graphiste, photographe, designer, typographe, transforme un vieil atelier d’imprimerie en un atelier moderne, compo claire, typo simple, tr !s influencer par le néoplasticisme, révolutionne la typo allemande (alors encore gothique !). Caractères simples et élégants, les filets donne un style particulier et reconnaissable : =Bauhaus !

Hinnerk Scheper : peinture murale (1897-1957) ne fait pas de la peinture décorative mais cherche a introduire dans l’architecture des couleurs pour agrémenter les espaces. Travail aussi sur la conception de papiers peints.

Joost Schmidt (1892-1948), peintre, membre de l’atelier sculpture, collabore à la maison Sommerfeld. Typographe, calligraphe.

Ces jeunes maitres formés au Bauhaus de Weimar, montre une réelle aisance pour passer du théorique au pratique, et font la vraie synthèse entre art plastique et art appliqué. Plus proche des élèves et près à s’investir, ils marquent de leur personnalité les années Dessau du Bauhaus.

Le Bauhaus est alors connu du grand public, et est associé à un style, géométrique et fonctionnel, coloré, utilisant des matériaux modernes.

Alors que Gropius déni l’existence d’un style « Bauhaus », pour lui l’école doit au contraire permettre une créativité diversifiée. C’est à Dessau que l’école acquiert une renommée internationale.

La vie au Bauhaus :

Nous avons déjà évoqué la vie « moderne » des étudiants au Bauhaus. Celle-ci était de plus rythmé par des fêtes, anniversaires des maîtres, Noël, printemps, solstice d’été, bals masqués, toute occasion permettait de faire une fête. Décors, masques costumes, cadeaux, étaient alors fabriqués. Tout était jeu, improvisation, sans oublier l’orchestre du Bauhaus ! Gropius se félicite de l’atmosphère joyeuse et bon enfant de ces fêtes qui tordent le cou aux rumeurs. Une vraie complicité née entre élèves et maitres suite à ces moments festifs, encore une chose qui scandalise les gens extérieurs à l’école.

Une des plus célèbre fête fut celle du métal en 1929, les invités entraient dans la salle par un toboggan ! Les fêtes à Dessau était moins spontanées qu’à Weimar, et plus rares, ce n’était plus les étudiants qui faisait la fête mais ils l’organisaient pour des invités extérieurs.

Certaines femmes, de manière discrète vont trouver leur place au Bauhaus. Lucia Moholy ; va suivre des études de photographie, et fera de nombreuses photos des objets produits au Bauhaus. Ses photos vont aussi déterminée la vision que nous avons du Bauhaus. Elle collaborera à la rédactions de certains ouvrage édité par le Bauhaus.

Ise Gropius, à 26 ans lorsqu’elle épouse Gropius en 1923, il en a 43. Elle rédigera un journal où elle évoque la vie de l’école. Elle est l’hôtesse lorsque Gropius reçoit des commanditaires, résoud les problèmes d’intendance, et rédigera de nombreuses lettres pour son mari.

Dernières années de l’école.

1928

Démission inattendue de Gropius. Alors que l’école semble marcher, les bâtiments sont une réussite, ainsi que les installations. Une vraie synergie s’était mise en place avec l’industrie et les entreprises.

On pense qu’il souhaitait se libéré du poids des responsabilités administrative et continuer sa carrière d’architecte. Son bilan est mitigé, il a fondé une école qui garantie un espace de créativité, mais qui a aussi des problèmes de financement, et des tensions internes.

Au cours de l’années 1927-1928 Gropius et Meyer travail ensemble, à l' ateliers architecture du Bauhaus, et contre toute attente il nomme Hannes Meyer (1889-1954) pour le remplacer. Ce qui conduit a des démissions de professeurs en cascade : Moholy, Breuer, Bayer.

Kandinsky reste il est nommé directeur adjoint. Meyer s’oppose a nombre de professeurs Moholy-Nagy, Klee, Kandinsky, pour qui la créativité reste importante.

Il remet en question le cours préliminaire, qu’il remplace par des cours de psycho-morphologie, sociologie et économie sociale (enseignement marqué par ses convictions communiste). Pour Meyer l’art ne participe pas à l’architecture, qui ne doit pas refléter de volonté esthétique. (Idées qui ne se reflète pas dans son travail personnel, qui cependant n’est pas dénuée d’esthétisme.

Il est difficile de comprendre pourquoi Gropius choisi Meyer, car celui ci est un marxiste et théosophe, et Gropius sait bien que le devenir de l’école dépend de sa neutralité politique. De plus Meyer est très critique en ce qui concerne l ‘école. Il réformera les enseignements de l’école, abandonnant le cours préliminaire, et remettant en question l’enseignement théorique formel. Meyer fait référence dans ses idées au constructivisme russe tel qu’il fut diffusé par El Lissitzky

Meyer est issu d’un mouvement suisse de compagnonnage, puis travail dans un atelier d’architecte, qui travail en 1926 sur un projet pour la société des nations, projet qui impressionne fortement Gropius. Pour Meyer la maison est une machine à habité, c’est ainsi qu’avec la nomination de Meyer l’architecture devient le cœur de l’école.

Cette nomination marque une rupture dans l’histoire de l’école. Dans le vocabulaire de l’école il introduit deux termes nouveaux : « peuple »école du peuple, jardin du peuple, et « paysage » chaque réalisation doit tenir compte du paysage.

Ils ont tous le sentiment que l’école a perdue toute sa philosophie, et n’est plus qu’un lieu de formation professionnel, ayant perdu tout esprit communautaire. L’architecture devint le cœur de l’école et les ateliers deviennent des unités de production pour l’atelier d’architecture.

// Contre toute attente, des cours de peinture sont ouvert, ainsi que des cours de dessin et de gymnastique. Des scientifiques, mathématiciens, et physiciens appartenant au « cercle de vienne », sont invités pour donner des conférences. Le cercle de Vienne était une école de pensée philosophique qui voulait élaborer une science universelles.

Et un atelier photographie fondé, confié à Walter Peterhans. Issu de l’académie d’arts graphiques de Leipzig, formation mathématique et philosophique, il défend aussi des positions scientifiques. Très ouverts aux nouveautés techniques il introduisit dans son atelier des techniques modernes, mais invita aussi d’autre photographe,

Ludwig Hilberseimer, cours de lotissement et urbanisme : urbaniste, théories rationaliste a visées sociale pour résoudre les problèmes de logement, correspond aux idéaux de Meyer.

Meyer pousse les étudiants à créer des logements collectif, et objets grand public.

Il faut reconnaitre que sous Meyer les ateliers deviennent rentables, et le département peinture murale, conçoit des papiers peint qui seront vendus à grande échelle. Les ateliers doivent produire des produits standard, comme un service rendu au peuple. Les ateliers tissage et mobilier, vont eux aussi augmenter leur production et rapporter de l’argent à l’école. Ainsi que le département publicité. L’école peut même songer à prendre son autonomie financière. On peut dire que pour la première fois l’école réalise ses intentions.

Meyer à volontairement travailler à développé le pôle scientifique de l’école au détriment de l’artistique. « Le fonctionnalisme comme forme artistique ». Comme Gropius il affirme la spécificité de l’école par rapporta aux autre académies, mais il réfute l’aspect élitiste que pouvait avoir l’école, il augmente le nombre d’élèves.

Projets et réalisations architecturale :

1928 1930 Meyer et Witter, sont mandatés par la fédération allemande du travail pour la construction d’une école de formation professionnelle : salles de cours, bibliothèque, gymnase chambres, cantine…école fédérale de Bernau. Architecture conçue de manière fonctionnelle.

Agrandissement de la cité Törten : 5 immeubles à coursives extérieures. Conçue selon les idées « organisationnelles » de Hilberseimer. 5 immeubles de brique de trois étages, orientation est ouest, de 18 appartements de 47 mètres carré. Les idées de Hilberseimer furent développées dans les constructions après la deuxième guerre mondiale.

Cependant d’autres professeurs songent à démissionner, pour eux l’école a perdu son âme. Ce qui amène Meyer à engagé de nouveaux enseignants. La politique avait pris le dessus, ce qui conduisit à vouloir se débarrasser de Meyer alors qu’il avait su développer l’école. Il fut contraint à démissionner en 1930. On reproche a Meyer un politisation de l’école, mais il était aussi un directeur qui se mêlait volontiers aux élèves, et qui par ce perdait en prestige et autorité, en effet il voulait être « un camarade parmi les camarades »Pour être remplacé par Mies van der Rohe.

Mies van der Rohe (1886-1967), chef de file des architectes modernes. Il accepte le poste qu’il avait refusé deux ans auparavant, architecte et designer reconnu internationalement. Sa mission est de dépolitiser l’école.

Issus d’une famille de tailleurs de pierres, il devient architecte après avoir été artisan, et fait son apprentissage dans les ateliers de Peter Behrens. Il fait parti des architectes d’avant-garde. Ses idées s’éloignent du rationalisme de Meyer, sa volonté farouche de rester apolitique, son caractère hautains et autoritaire fait de lui une antithèse de Mayer.

Ses méthodes autoritaires qui sont contraire aux idéaux de l’école, conduisent de nombreux élèves à remettre en question le nouveau directeur de l’école. Ce qui conduisit à une fermeture temporaire de l’école, tous les élèves doivent cesser leurs activités politiques au sein de l’école. Cependant les idées communistes resteront présentent au sein des élèves.

Mies van der Rohe donne encore plus d’importance à l’architecture au sein de l’école. Les ateliers périclitent et sont contraints de fermer. Réduit ceux ci à deux section : construction extérieur et design intérieur, confié a Lilly Reich après la démission de Gunta Stlölz. Mies van der Rohe prend en charge les cours d’architecture, mais n’obtint pas de commande, et ne réalise que des plans avec ses élèves. Les cours d’urbanisme de Hilberseimer prennent gagne en importance. Leurs cours ont du succès car ils limitent le nombre d’étudiants à 30 ce qui permet de mieux se consacrer à chacun d’entre eux.

1929 Le Bauhaus est méconnaissable : la majeurs partie de enseignants d’origine sont partis, et si Kandinsky est encore présent il ne donne plus de cours, les cours d’art plastique étant supprimés.

A nouveau la monté de l’extrême droite conduit à critiquer l’école qui malgré les nombreux changements apparaît encore comme un repère cosmopolite de marxistes, et anti allemand, car les projets avait un style « anonyme ». Et que les élèves et professeurs étaient juifs, (architecture a toit plat= orient= juifs).Dès son ouverture en 1919 l’école était soutenue par les politiques que l’on classerait à gauche. Les changements de majorité politique à droite entraineront systématiquement la réduction des subventions allouées au Bauhaus.La victoire du parti national socialiste (nazis) à Dessau amène l’école à subir de nouvelles critiques.

Les difficultés économiques et politique limite le soutient financier de la ville. Dessau annule tous les contrats en cours, ainsi que les subventions, et l’école doit fermer en 1932. L’école sera dévastée par les nazis, et une campagne internationale sauva les bâtiments de destruction.

Mies van der Rohe loue des ateliers désaffectés à Berlin pour y déménager l’école, l’école ne reçoit plus aucunes subventions publiques, et ne vie que l’argent des droits des brevets déposés par l’école et des commanditaires. Et devient une école privée.

1933 Adolph Hitler devient chancelier. Et des mesures immédiates sont prises contre le Bauhaus, considéré comme « refuge de la conception judéo marxiste de l’art ».

Le 11 avril 1933, la police ferme l’école, et les personnes sans papiers sont embarquées. Quelques mois plus tard le gouvernement propose de rouvrir l’école à ses conditions, choix du directeur et renvoi de Kandinsky (Mies van der Rohe souhaiterais pouvoir renvoyer Albers et Kandinsky.). Mais Mies van de Rohe décide de la fermeture définitive de l’école.

Cette hostilité des nazis contre l’école, sa fermeture forcée, et l’émigration des professeurs et élèves furent un des éléments qui contribuèrent à la légende du Bauhaus. Depuis plusieurs années un « style Bauhaus « était identifié, diffusé dans la presse grâce aux photos des constructions et réalisations de l’école. Dès le début Gropius souhaite donner une visibilité à son école et pour cela développe une communication qui se poursuivra après sa démission.

De plus le succès rencontré par les réalisations du Bauhaus, papiers peints, luminaires, contribue à cette familiarisation du public avec ces nouvelles formes.

Sans oublier les édition du Bauhaus, qui servent à diffuser les théories véhiculés par les maitres.

Après sa fermeture, le Bauhaus continue à vivre grâce aux conférences de Gropius ce qui contribuera a un mythification de l’école.

Après 1933, d’anciens professeurs essayèrent de faire revivre le Bauhaus ailleurs, aux états unis, entre autre à Chicago, avec le « nouveau Bauhaus » fondé par Moholy Nagy, où le Black Mountain Collège où enseignait Albers.

On retrouve des idées du Bauhaus dans de nombreuses écoles d’art à travers le monde entier : dont le fameux cours préparatoire.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

un lecteur 21/02/2015 07:00

Très intéressant et documenté mais il reste beaucoup de fautes d'accord.

guerin anne-maya 21/02/2015 08:23

désolée j'ai accordé trop peu de temps à la relecture....